lundi 1 août 2016

Fatty Fingers

Let There Be Rock, troisième album du groupe bénéficiant d'une sortie mondiale  parait en Australie le 21 mars 1977 sur le label Albert Records. Produit par la paire George Young et Harry Vanda, il est  l'album de la maturité, celui sur lequel le groupe se trouve lui-même et affirme son identité sonore, débarrassée des marqueurs glam rock encore bien présents sur ses prédécesseurs High Voltage et Dirty Deeds Done Dirt Cheap. 

Tornade sonore de 8 titres, il contient les classiques "Let There Be Rock" et "Whole Lotta Rosie" tandis que la version australienne offre le superbe blues "Crabsody In Blue", bizarrement remplacé par "Problem Child" sur la version monde. 

Comme à l’accoutumée,  la pochette australienne est différente. En noir et blanc, sobre, elle révèle des doigts parcourant le manche d'une guitare. Mais ce ne sont ni ceux de Malcolm, ni ceux d'Angus, indisponibles, le groupe étant parti en tournée dès janvier 1977. Le photographe australien Colin Stead fait appel à un guitariste du crû, Chris Turner, membre du groupe Buffalo dans lequel il croisera Peter Wells qui fondera Rose Tattoo ou encore Dave Tice, qui collaborera plus tard avec Mark Evans, dans le duo Tice & Evans.

Il se dit au détour du bush australien que les frères Young n'ont jamais apprécié cette pochette, guère séduits par ses doigts selon eux un peu trop boudinés...




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.