lundi 15 juillet 2024

Hockenheim, 13 juillet 2024

⚡If You Want Blood (You've Got It)
⚡Back in Black

⚡Demon Fire
⚡Shot Down in Flames
⚡Thunderstruck
⚡Have a Drink on me
⚡Hells Bells
⚡Shot in the Dark
⚡Stiff Upper Lip
⚡Shoot to Thrill
⚡Sin City
⚡Rock'n'Roll Train
⚡Dirty Deeds Done Dirt Cheap
⚡High Voltage
⚡Riff Raff
⚡You Shook me All Night Long
⚡Highway to Hell
⚡Whole Lotta Rosie
⚡Let There be Rock

⚡T.N.T.
⚡For Those About to Rock
















lundi 8 juillet 2024

Wembley, 3 et 7 juillet 2024

 Les deux 2 concerts ont été filmés, DVD en approche.


⚡If You Want Blood (You've Got It) 
⚡Back in Black
⚡Demon Fire
⚡Shot Down in Flames
⚡Thunderstruck
⚡Have a Drink on me
⚡Hells Bells
⚡Shot in the Dark
⚡Stiff Upper Lip
⚡Shoot to Thrill
⚡Sin City
⚡Rock'n'Roll Train
⚡Dirty Deeds Done Dirt Cheap
⚡High Voltage
⚡Riff Raff
⚡You Shook me All Night Long
⚡Highway to Hell
⚡Whole Lotta Rosie
⚡Let There be Rock


⚡T.N.T.
⚡For Those About to Rock


jeudi 4 juillet 2024

Zurich, 29 juin 2024


Direction Zurich en cette belle journée estivale du 29 juin, nous prenons la route de beau matin. Mon 23e show du groupe et une première cependant, mon épouse est du voyage. Je suis excité comme un gosse devant un sapin de Noël découvrant les paquets encore intacts mais aussi incrédule, je n’ai pas vu le groupe depuis 2016, et l’ami Brian depuis 2015. J’ai du mal à me convaincre que le combo, certes revisité, sera devant mes yeux dans quelques heures. 

Nous faisons halte à Mulhouse où nous avons rendez-vous avec Michel, fan belge qu’il est inutile de présenter ici, et avec lequel nous allons passer la journée. A peine le moteur redémarré, nous échangeons sans cesser avec Michel jusqu’aux portes de la plus importante place financière de Suisse. Je salue ici, de nouveau, l’abnégation de Christelle. Débriefing de la tournée actuelle, souvenirs de studio à Vancouver, projets du groupe (oui il y en a), retour de Brian, absence de Phil et de Cliff, tournée 2025, prestation de Mutt et de Chris, tout y passe. 

Le Stade du Letzigrund se dresse devant nos yeux à 13h30, nous ne sommes pas en retard. Nous choisissons de nous parquer (^^ Michel) jusqu’à côté, délaissant le centre-ville pourtant facilement accessible par le tramway.  Quelques centaines de fans sont déjà là, assis au pied de chaque entrée du stade ou fréquentant les stands de merchandising bien garnis. L’ambiance est détendue et fraternelle comme d’habitude, mais je sais comme vous tous que les heures passant, elle va monter pour finir par exploser à l’entame du show. 

Il fait très très chaud à Zurich et les tee-shirts AC/DC portés en masse côtoient les maillots de l’équipe nationale suisse de foot.  La Suisse affronte effectivement l’Italie à 18h dans le cadre de l’Euro 2024, et les discussions vont bon train entre AC/DC (qui reste le sujet principal quand même) et la Nati. Le résultat du match ne sera pas sans conséquence sur l’atmosphère attendue au concert… 

Nous faisons rapidement un tour du stade, et très vite on entend le soundcheck des techs, le son est puissant et limpide, ça promet. Déjà, la guitare d’Angus déchire le ciel, encore d’un bleu limpide. Nous choisissions un bar en face du stade où un DJ est en place. Il ne cessera pas jusqu’à notre départ de distiller le meilleur du rock des années 70-80 et 90 : ZZ Top, Led Zep, Les Stones, Steppennwolf, Aerosmith… Mais pas un morceau des boys… 

Un écran géant est installé pour le match, et le bar est déjà bondé de fans, la bière (fort bonne avouons-le) coule à flot, le bal des saucisses blanches sur pain toasté est également lancé. J’adore cette ambiance pré-concert qui va en progressant alors que la masse du public augmente  elle aussi. Dès 16h, les rues sont noires de monde, et des dizaines de bus à double étage, suisses pour la plupart, approchent difficilement de l’enceinte du jour, déversant leur flot d’afficionados de la bande à Angus. Beaucoup de tee-shirts du Power Up Tour dans les rues arborés fièrement le sourire aux lèvres, et quelques pépites également, période Razor’s Edge et Blow Up Your Video. J’ai opté pour une réplique de celui de Brian, période BIB, avec le fameux 22,  clin d’œil appuyé en ce 29 juin 2024 au premier concert de Jonna avec les boys, 44 ans plus tôt au Palais des Expositions de Namur en Belgique. Michel est ici avec nous, la boucle est bouclée. 

Le vent chaud souffle assez fort et le ciel vire au gris, je me refuse, peut-être un peu superstitieux, à évaluer le risque de pluie sur une quelconque appli météo… Nous cédons nos places sur la terrasse du bar à 3 supporters, ravis de l’aubaine, direction l’entrée du stade.

L’accès se fait facilement mais en 2 temps, car un cadre en bois rectangulaire posé par un agent de sécurité sur mon (pourtant modeste) sac à dos rend son verdict : trop volumineux. Je ressors et direction le vestiaire. 

Le stade est déjà une fourmilière, les rires fusent et ponctuent les retrouvailles entre amis et familles, les stands de merchandising et de catering ne désemplissant pas, le début du match est sifflé et de nombreux fans le regardent sur leur téléphone. Un petit attroupement se crée soudain. On aperçoit en se penchant les vans et les limousines déposant en contrebas les membres du groupe et leur famille. De mon côté, je ne vois personne, que des belles carrosseries  noires rutilantes. The boys are in the bulding. 

La pluie, jusque-là menaçante, commence à tomber à 18h. Une pluie orageuse baignée par un air chaud, mais qui ne semble pas perturber le public. La fête sera belle, peu importe ce temps capricieux ici comme en France qui n’en finit pas, et qui nargue l’été sans faiblir. 

THE PRETTY RECKLESS ouvre le bal dans un stade déjà bien garni, et généreusement arrosé. L’accueil est poli et même plutôt chaleureux, très franchement j’ai vu et entendu bien pire en hors d’œuvre des boys. Ce groupe de rock alternatif US, originaire de New York  comme mes deux voisins (j’y reviendrai) et emmené par Taylor Momsen, voix puissante et allure féline, qui ne manque pas de faire acclamer AC/DC à plusieurs reprises, offrant un interlude plutôt agréable et énergique. Un petit groupe de supporters suisses tout proche nous font comprendre bruyamment que les helvètes sont en train de défaire la squadra azzura. Le stade chante, tape des mains, s’enflamme. Il est 20h. La Suisse a gagné.

AC/DC arrive, et va triompher. 

Un concert d’AC/DC, ce sont mille émotions, une multitude de souvenirs qui rejaillissent et qui enlacent le présent, au gré d’une image, d’un regard ou d’un son. Un tourbillon d’une telle force, tant le moment est intense voire fulgurant, qu’on est embarqué, happé par 5 types sur scène qui ne vont plus vous lâcher pendant deux heures. Un tout imparable, total et lumineux ponctué des rendez-vous gimmick attendus et délectables. 

On pense aux concerts précédents, aux membres du groupe qui ne sont plus là, à des amis avec lesquels on a déjà partagé de tels moments absents aujourd’hui. On finit par apercevoir la silhouette de Bon, de George et de Malcolm. Jusque dans les yeux d’Angus.   

Je ne vais pas disséquer le concert morceau par morceau. Par fulgurance, à l’instar de la guitare d’Angus et du groupe tout entier samedi soir : 

- Scénographie top, tous les films et images d’animation sont réussies et renforcent l’intensité de la musique, sans que jamais cette dernière ne devienne accessoire. Le film d’intro est imparable. Les lights sublimes. 

- If You Want Blood en opener est un excellent choix, et tout le stade l’a bien compris. J’ose vous dire que mes yeux se sont embués de larmes quand Brian et Angus ont surgit, et que les 4 lettres d’or se sont affichés alors qu’Angus effectuait sa première avancée. On y est, the party is on. Et immédiatement après, à l’entame de Back In Black, devinez. La pluie tire sa révérence, pour ne plus jamais s’inviter au show. 

- La section rythmique est parfaitement en place et apporte un + indéniable. Rien à voir avec le ROB Tour, désolé pour Chris Slade. Mutt Laug, très fidèle à l’esprit de Phil Rudd, fait parfaitement le job. C’est propre, ça swingue, ça rock AND Roll comme aimait à le souligner Malcolm. Chris est discret, mais assure totalement, avec ses 5 cordes comme aux chœurs. 

- Stevie, on retrouve sur scène son jeu parfait qu’il produit sur Power Up. Un vrai Young, légitime et indiscutable. Job well done. 

- Brian. Son immense joie d’être là tout d’abord. Il rayonne, jubile, sourit, s’appuie sur chacun des fans présents. S’il lui laissait une once de doute,  et j’ose en douter, qu’elle disparaisse dans l’instant. Il est le chanteur d’AC/DC, un pilier, un élément nodal. Un héros. Son coach physique personnel, présent sur toute la tournée est déterminant, comme peut l’être celui d’Angus. Sa présence physique est exceptionnelle, et sa voix, bien sûr pas celle du BIB Tour, est bien là. Il modère, module, nuance,  soigne sa respiration. Jonna, the man.

- Une petite anecdote. Le voisin à ma droite, accompagnée de sa moitié, est américain, New-Yorkais. Il suit le groupe en Europe, pourpas moins de 10 dates. Il me raconte avoir assisté à  la quasi-totalité du leg US du ROB Tour en 2016, d’abord avec Brian puis avec vous savez qui. De retour à la casa au terme du premier show avec Axl, défait par l’absence de Brian, moral dans les chaussettes, il me glisse alors que l’on partage une bière. « Well you see my friend, I was completely distraught, I woke up my darling, and I said to her, my love I need some good news tonight, because things aren't going well. Will you marry me ? She said yes ». And his wife smiled and said, "Yes, it's true ». Elle est pas belle la vie ? 

- Et Angus, l’écolier en culotte courte ? Comment trouver les mots justes ? Musicien de génie, show man inégalable, chacune de ses notes note ne semble s’adresser qu’à vous. Chacun de ses gestes, de ses pas, vous emporte dans un déluge rock’n roll et exaltant. Ses cheveux argent reflètent les 50 ans du groupe, Through The Mists Of Time. Jusqu’au bout, à 150 %, libre et possédé. Tout dévoué à son public. Oui, « AC/DC ils se foutent pas de notre gueule » (verbatim d’un fan après le show Dublin en 1982). 

Voir et entendre ça en 2024 c'est unique et renversant. Encore un stade plein, un de plus, qui chavire de bonheur, assommé et conquis. Et cet incroyable tour de force de réussir à toujours transcender, encore, quelques morceaux : Sin City, Shot Down In Flames, High Voltage, Back In Black, Stiff Upper Lip, Dirty Deeds, Riff Raff. Et tous les autres en réalité, au travers d’une setlist parfaite, sans jamais faiblir pendant plus de 2 heures. Inutile de préciser que mon épouse a adoré. « Je comprends mieux désormais » ^^. Si 2025 il y a, on y retournera.

 AC/DC, retrouver les choses premières.
Merci à vous 5 et à votre illustre cortège.
Putain de groupe.
A bientôt.













⚡If You Want Blood (You've Got It) 
⚡Back in Black
⚡Demon Fire
⚡Shot Down in Flames
⚡Thunderstruck
⚡Have a Drink on me
⚡Hells Bells
⚡Shot in the Dark
⚡Stiff Upper Lip
⚡Shoot to Thrill
⚡Sin City
⚡Rock'n'Roll Train
⚡Dirty Deeds Done Dirt Cheap
⚡High Voltage
⚡Riff Raff
⚡You Shook me All Night Long
⚡Highway to Hell
⚡Whole Lotta Rosie
⚡Let There be Rock


⚡T.N.T.
⚡For Those About to Rock

Vienne 2, 26 juin 2024

⚡If You Want Blood (You've Got It) t It) 
⚡Back in Black
⚡Demon Fire
⚡Shot Down in Flames
⚡Thunderstruck
⚡Have a Drink on me
⚡Hells Bells
⚡Shot in the Dark
⚡Stiff Upper Lip
⚡Shoot to Thrill
⚡Sin City
⚡Rock'n'Roll Train
⚡Dirty Deeds Done Dirt Cheap
⚡High Voltage
⚡Riff Raff
⚡You Shook me All Night Long
⚡Highway to Hell
⚡Whole Lotta Rosie
⚡Let There be Rock


⚡T.N.T.
⚡For Those About to Rock